©2019 by SPECQUE. Proudly created with Wix.com

« Bruit, fureur, tumulte et fracas » en ENVI(S)

July 31, 2018

Ce texte dévie. Une bouteille en train de se perdre, à chaque dérive de temps de parole de la plénière. On voulait parler santé publique, on parle des histoires sordides et de l’anodin de la migration : islamisme radical, « de sida ordinaire », de « tourisme social », « ciblage » et proposition « phytothérapie ». Le fonds a été survolé, la forme était attaquée : la nausée sombre à ENVI (S).

 

 

« J’ai décidé de suspendre le retrait de mon texte »

 

La Commission retire son texte pour le remettre, par peur juridique d’une exclusion du Parlement et d’être exclue de la Commission. La rapporteure s’étonne du revirement, appuie sur le manque de confiance de la commissaire aux députés, mais dénonce en pointant les populistes « une famille de consanguin ». La Commission retire son texte

 

L’histoire commence par une phrase. Dans un ciel montréalais au zénith, l’article 30 du Règlement, utilisé en cas d’urgence extrême, est invoqué. La commissaire blême, retire son texte :

 

« La Commission en est venue à la conclusion qu’une seule option s’offre à elle. Détenant le pouvoir exécutif et d’initiative, la Commission ne prendra pas compte pour le développement d’une future initiative la résolution du Parlement telle qu’elle est rédigée au moment même et attendra les prochaines élections.

 

Symboliquement, en l’état, cela équivaut au fait que la Commission retire son texte, au sens de l’article 30 du Règlement intérieur du Parlement européen simulé. »

 

Semonce. La résolution serait donc débattue pour rien : la Commission fermera ses oreilles. La résolution est une simple expression du Parlement européen qui ne sera pas appliquée.

 

La phrase passe, les conséquences sont mal évaluées. La commissaire reste en séance — alors qu’elle était juridiquement tenue de sortir.

 

« La légende de Jimmy »

 

Les mains se lèvent, il est 14h, et la plénière se réveille dans le village.

 

La longue endolorie provoquée par le wrap au thon et la responsabilité environnementale stoppent. Les visages s’agitent, se réveillent : les migrants sont plus forts que le café à 1$. Le visage de la Présidence s’illumine, elle sort d’un mode automatique qu’elle avait bien rodé la matinée, la secrétaire générale est en mode défense TFUE et RIPES.

 

Fait marquant, la gauche se construit et se rassemble : les droits humains agrègent. Même la CRE se révèle humaniste, provoquant un lac PPE désemparé. La gauche s’unit : ADLE S&D, Verts et GUÉ lèvent leurs mains à l’unisson. Le Parlement pleure au discours des Verts. On est à l’évocation de Jimmy, le migrant perdu.

 

Les liaisons dangereuses

 

À l’heure des populistes, le Parlement prend son souffle. Le dépouillement des compétences des États membres par l’Union européenne est lancé par l’ELDD, le mot terrorisme est évoqué à l’évocation de l’islamisme radical : le Parlement hue. L’ENL reste étonnamment calme et cite Jacques Chirac comme argument conclusif.   

 

Nicolas B.

 

 

 

Please reload

Our Recent Posts

Elle retire, elle se retire. Le texte se retire?

August 3, 2018

Implosion d’une partie du groupe politique social-démocrate

August 3, 2018

L’épopée des amendements

August 3, 2018

1/1
Please reload

Tags

Please reload