©2019 by SPECQUE. Proudly created with Wix.com

La commission LIBE, un commissaire hué !

August 3, 2018

 

Après des débats plutôt compliqués en commission parlementaire, c’est à la commission plénière de prendre la relève. Les alliances permettent de trouver des consensus, certes, mais l’inconvénient est que la diversité des idées est beaucoup moins importante…

Dans son discours, le commissaire Stefan, souligne sa déception et, selon lui, il y a eu un véritable mélange entre liberté, inconscience et incohérence. Un manque de travail est la conséquence du « cortège funèbre » qu’a suivi cette commission. Il soulève également la perte de temps, en raison des nombreuses suspensions de séance. Ce propos est contesté par Valentine F., eurodéputée du PPE, qui réplique : « Au contraire, ces suspensions étaient nécessaires car il est impossible d’agir sans se coordonner. » Elle n’a pas tort, après tout l’unisson dans la diversité constitue une des devises de l’Union européenne.

 

Des alliés et des ennemis

 

Comme nous nous y attendions, les rapporteurs fictifs du PPE, Andreas. H et Camille S., ont défendu et demandé la protection des PME. Le groupe politique souhaite « laisser le secret d’affaire des plateformes en ligne intact. » et il refuse tout signalement non fondé anonymement concernant les fausses nouvelles et le contenu illicite. Effectivement, le PPE est pour l’indépendance des utilisateurs concernant le signalement des fausses nouvelles.

 

C’est ensuite aux rapporteurs du S&D, Laurence P. et William S., d’affirmer que le texte est désormais, beaucoup plus démocratique et protecteur des libertés individuelles : « Grâce à cette directive, les utilisateurs peuvent continuer à se servir du web comme espace démocratique ». Le texte préserve les droits des utilisateurs : une notion importante pour ce groupe politique.

Au tour de la CRE, avec l’eurodéputé Maxence C., expliquant le problème de la directive : elle ne va pas assez loin concernant le rétablissement de la vérité. La CRE a cependant de l’espoir et Maxime finit son discours en une fin de conte de fée : « Le contenu illicite et les fausses nouvelles ne vécurent pas longtemps et n’eurent pas beaucoup d’enfants. » Ce ton d’humour n’empêchera pas la CRE de se lancer des flatteries : « La CRE est une voix qu’on se devrait écouter ». Ce détail n’échappa pas au chef de groupe du S&D, Louis Lasserre qui déclara : « Merci à la CRE de redescendre de sa tour d’ivoire. »

 

Vincent C., eurodéputé de l’ADLE remercie tout d’abord les personnes qui ont agi pour l’amélioration du texte dans son fond et sa forme. Ensuite, il assure que l’équilibre était au cœur des intentions du groupe politique. Enfin, il finit son discours en annonçant un propos très juste : « Par le pouvoir du dialogue le consensus est possible mais surtout profitable pour tous. » Les dialogues ont notamment permis la création d’alliances, mais l’inconvénient de celles-ci, c’est qu’elles ne permettent pas de prendre conscience de la diversité des idées de chaque parti politique.

 

Des piques sympathiques

 

Parlons maintenant, du discours le plus drôle : celui du la GUE. Eric L. déclare : « Cette commission, c’était le cirque du soleil. » Il enchaîne sa comparaison avec les arts du cirque : « Il nous fallut bien pirouettes et courbettes pour comprendre le texte du commissaire Dyck. » Il ne s’arrête plus, et va même qualifier de « clownesque » la droite qui se prend pour la gauche. Il énonce tout de même les objectifs principaux de la GUE, à savoir, la préservation des informations privées des citoyens, les solutions à long terme contre la désinformation comme par exemple l’éducation et l’encouragement des amendements comprenant des compromis novateurs. David D, conclut par une phrase pleine d’espoir : « Ensemble on peut aller plus vite mais surtout, ensemble on peut aller plus loin. »

 

Lors de cette commission plénière, les Verts ont mis l’accent sur la sensibilisation et la responsabilisation des fausses nouvelles et du contenu illicite, sans porter atteinte à la santé financière des entreprises, ni à la liberté d’opinion des citoyens.

 

Un beau travail de commission malgré les contestations
 

Louis-Xavier L. , eurodéputé de l’ELDD annonce d’un air solennel : « La situation est grave. » Il explique le problème : « Les autres partis politique se sont perdus sur des détails juridiques inutiles. » C’est alors que Jeanne S., eurodéputée de l’ENL, complète les propos de Louis-Xavier en dénonçant la lourdeur bureaucratique du texte qui ne fait qu’accentuer l’inefficacité de la commission. On comprend pourquoi le groupe politique de l’extrême droite maintient son opposition au texte et souhaite son retrait.

Le commissaire reprend enfin la parole, huer par l’assemblée, il réplique : « Huez-moi, vous avez le droit, mais c’est plutôt le texte dans son état actuel qu’il faudrait huer. » Cependant, il n’y a pas que du négatif, il salue tous les groupes politiques pour avoir mentionné le terme « d’éducation » tout au long de cette commission. Il insiste cependant sur le fait de PROPOSER des amendements. La rapporteure Alexandra F. clôture la séance sur la commission LIBE en invitant les eurodéputés à ajouter des compromis dans les amendements. Pour les encourager, elle assure : « Vous avez toute la nuit ! » Son propos est tout de suite repris par Aurélien G., président du Parlement européen : « Alors non, vous n’avez pas toute la nuit, vous avez jusqu’à 21h15. »

 

Marie G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Our Recent Posts

Elle retire, elle se retire. Le texte se retire?

August 3, 2018

Implosion d’une partie du groupe politique social-démocrate

August 3, 2018

L’épopée des amendements

August 3, 2018

1/1
Please reload

Tags

Please reload