• Specque - communication

La crise politique de l’accord sur le nucléaire: quand a-t-elle commencé?

L’origine des conflits entre l’Iran et les États Unis datent de plus de 65 ans. Situer ce conflit dans son contexte historique pourrait faciliter les discussions Parlementaires pour trouver une solution à cette crise politique.


1979: la révolution iranienne



Le 16 janvier Mohammed Reza Pahlevi, le Shah de l’Iran soutenu par les EU, est forcé de quitter le pays après des mois de manifestations et de grèves organisées par ses opposants séculaires et religieux.

Deux semaines après, le chef religieux islamique Ayatollah Khomeini retourne après son exil. Suite à un référendum, la République Islamique d’Iran est proclamée le 1er avril.


(Shah = nom utilisé pour les empereurs, rois, princes et seigneurs de l’Iran)


1979-81: La crise d’otages à l’Ambassade des EU



Les manifestants s’emparent de l’Ambassade des États Unis au Téhéran en Novembre 1979. Les otages américains sont retenus à l’intérieur pendant 444 jours. Les otages, 55 au total, sont libérés en janvier 1981, le même jour de l’inauguration du Président Ronald Reagan.

Un groupe d’infiltrés américains qui s’est fait passer par une équipe de réalisateurs a pu aider clandestinement six américains qui purent ainsi s’échapper de l’ambassade.


1985-86: Le scandale Iran-Contra


Les États Unis envoient des armes en Iran secrètement et prétendument pour, en échange, avoir l’aide du Téhéran pour libérer les otages retenus par les militants du Hezbollah au Liban.

Les revenus sont destinés illégalement aux rebelles du Nicaragua, ce qui crée une crise politique pour Reagan.


1988: L’avion de passagers iranien abattu



Le navire de guerre américain USS Vincennes abat un avion iranien dans le Golfe le 3 juillet. Tous les passagers meurent, le nombre total étant de 290 personnes. Les États Unis répondent que cet Airbus A300 avait été confondu avec un avion de chasse. La plupart des victimes étaient des pèlerins qui se dirigeaient vers la Mecque.


2002: « l’Axe du mal »


Le Président américain George Bush dénonce l’Iran comme faisant partie d’un « axe du mal » avec l’Irak et la Corée du Nord pendant son discours de l’État de l’Union. Ce dernier scandalise la population iranienne.


2000s: Les craintes et les sanctions nucléaires


En 2002, un groupe d’opposition iranienne révèle que l’Iran est en train d’établir des installations nucléaires. Entre elles, une usine d’enrichissement d’uranium.

Les États-Unis accusent l’Iran de mener un programme clandestin d’armes nucléaires. L’Iran dénie cette accusation. Cet épisode est suivi par une décennie de discussions diplomatiques et un engagement intermittent de l’Iran avec les Nations Unies.

Mais les Nations Unies, les États-Unis et l’Union Européenne imposent de nombreuses sanctions contre le gouvernement ultra-conservateur du Président Mahmoud Ahmadinejad. Ceci provoque une crise économique en Iran et la devise iranienne perd les deux tiers de sa valeur en deux ans.


2013-2016: Des liens proches et un accord nucléaire


En Septembre 2013, un mois après la prise de pouvoir du Président Hassan Rouhani, ce dernier participe à un appel téléphonique avec le Président américain Barack Obama: c’est la première conversation de ce niveau en 30 ans.



En 2015, l’Iran accepte un accord à long terme par rapport à son programme nucléaire avec un groupe de puissances mondiales appelé le P5+1: les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Chine, la Russie et l’Allemagne..


2019: Des tensions dans le Golfe


En mai 2018, le Président américain Donald Trump abandonne l’accord nucléaire et rétablit les sanctions contre l’Iran et les pays qui ont des échanges commerciaux avec ce dernier.

Les relations entre les États-Unis et l’Iran se détériorent de plus en plus. Les États-Unis envoient un porte-avions et des B-52 dans le Golfe. En mai et juin 2019, des explosions frappent six pétroliers dans le Golfe d’Oman. Les États-Unis accusent l’Iran.

Le 20 juin, des forces iraniennes abattent un drone militaire américain dans le Détroit d’Ormuz. Les États-Unis soutiennent que le drone volait sur des eaux internationales, tandis que l’Iran affirme que le drone survolait leur territoire.

La complexité de l’origine de ces tensions représente un véritable défi pour les discussions et les débats parlementaires. Il s’agira de trouver une solution à la fois pacifique et efficace pendant les sessions parlementaires des prochains jours.


Camila Palomo


146 vues

©2019 by SPECQUE. Proudly created with Wix.com